BIOGRAPHIE
Annonces / septembre 6, 2018

Michel Langlois., auteur est professeur généalogiste et romancier. Il est l’auteur d’une vingtaine de volumes dans le domaine de l’histoire et de la généalogie et de six sagas historiques. Biographie Né à Baie-Saint-Paul en 1938, Michel Langlois passe son enfance à Baie-Saint-Paul, Saint-Georges de Beauce et Québec. Il fait ses études classiques au Séminaire Saint-François de Cap-Rouge, obtient un baccalauréat ès arts et un baccalauréat en philosophie de l’Université de Montréal, de même qu’un diplôme en pédagogie de l’Université Laval de Québec. Il enseigne durant une dizaine d’années au secondaire. Il fait ensuite carrière comme historien et généalogiste aux Archives nationales du Québec, à Québec, de 1976 à 1997. En 1983, il préside à la fondation de la Fédération des familles souches québécoises (devenue depuis la Fédération des associations de familles) et crée, la même année, l’Association des Langlois d’Amérique. Chercheur réputé, il est l’auteur de nombreux ouvrages, souvent récompensés, dans le domaine de la généalogie. En 1978 et 1980, il publie deux guides généalogiques intitulés Qui sont mes ancêtres et Cherchons nos ancêtres, en 1984, deux volumes, le premier intitulé Les Ancêtres Beauportois et le second Noël Langlois et ses fils. Il met dix années de recherches intensives (1992-2001)…

Prix national de poésie pour les aînés
Annonces / septembre 6, 2018

Le premier octobre dernier on m’a remis le premier prix du concours de poésie pour les aînés au Festival international de poésie de Trois-Rivières. C’était la neuvième année que le concours avait lieu et je suis le premier homme à avoir mérité le premier prix. Le poème que j’ai présenté se lit comme suit: il fait un temps de belle étoile l’été a mis ses yeux d’enfant ta voix au bas de la fenêtre je la reconnais à sa lumière regards mauves sur le jardin on dirait que les ombres pétillent sur les champs un nuage dérive oiseau perdu de nos contes d’antan nous reprenons des airs lointains à la traîne au fil de l’eau pendant que le jour mal essoré s’égare au revers du paysage ton rire tient par la main un dernier fil de clarté il me semble que ce soir a les yeux fatigués pourtant notre vie commence à peine